Menu icoMenu232White icoCross32White
Retour
LILY VOGEL, 82 ANS

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

LILY VOGEL, 82 ANS

«Alors Madame, que faisait votre mari?»

Lorsqu’à 25 ans, Lily Vogel entame sa vie amoureuse, une chape de plomb pèse sur les relations homosexuelles. «A l’époque, j’avais des amies lesbiennes mais personne ne parlait de rien. Il fallait être très discrète.» Au travail, elle n’en parle jamais. «J’ai récemment appris que depuis quarante-cinq ans, certains savent que je suis lesbienne mais ne me l’ont jamais dit!», sourit-elle. Elle fait «toujours face à tout», travaille en librairie puis ouvre un bar lesbien à Genève. «Je ne pouvais pas exclure les hommes car la loi l’interdisait, mais ils n’étaient pas bien servis, je peux vous l’assurer», raconte-t-elle. Militante jusqu’au bout des ongles, elle reste très active dans le milieu lesbien jusqu’à ce qu’un cancer la force à ralentir le rythme.

Lily Vogel a alors septante ans, et aucune envie de tout lâcher. «Cela ne fait que cinq ou six mois que je ne sors plus», dit-elle, et elle voit peu d’amies lesbiennes de son âge. «Quand elles sont en couple, les femmes ne mettent généralement plus le nez dehors. C’est peut-être la raison pour laquelle j’en vois si peu.» Et puis, beaucoup de ses amies sont décédées. «C’est une grande souffrance de voir mourir celles qui nous ont accompagnées toute notre vie», dit-elle, le regard grave. Elle qui s’est tellement battue ne voit pas très bien pourquoi le fait d’être lesbienne devrait lui poser problème maintenant. «Je suis moi, je ne me cache pas, mais je ne comprends pas pourquoi je devrais annoncer mes préférences partout où je vais!», lance-t-elle. Ce qui l’ennuie en revanche, ce sont les bavardages entre voisines. «On me demande: alors madame Vogel, votre mari est mort? Qu’est-ce qu’il faisait? Et vos enfants? Je ne dis pas souvent toute la vérité. Refaire mon coming out en permanence, ça m’ennuie.» Tout ce problème d’âge et d’homosexualité ne semble finalement pas trop la toucher. Ce qui la préoccupe, en revanche, c’est de mourir après Nicotine, la petite chienne de sa compagne décédée depuis peu. «Je n’aimerais pas la laisser seule.»

Extrait de 360, le magazine LGBT Suisse

Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
récit témoignage mémoires
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Dossier "Séniors" du supplément week-end de "La Provence"

Dossier "Séniors" du supplément week-end de "La Provence"

Article sur GreyPRIDE avec un interview de Francis Carrier.Lien vers l'article (page 19) :...

Francis CARRIER
25 avril 2021
Le prochain salon virtuel GreyPRIDE!

Le prochain salon virtuel GreyPRIDE!

Poursuivez ici selon votre inspiration...Thème :"Création d'une plateforme de rencontres Grey...

Giovanni Jean Lucien SPAMPINATO
18 avril 2021
Le prochain salon virtuel GreyPRIDE!

Le prochain salon virtuel GreyPRIDE!

Thème :"Création d'une plateforme de rencontres Grey PRIDE: nos demandes, nos aspirations, ses...

Patrick HELLE
21 janvier 2021
Le prochain salon virtuel GreyPRIDE!

Le prochain salon virtuel GreyPRIDE!

Thème :"Apprendre à vieillir, ce n’est peut-être pas faire semblant d’être toujours jeune"Le...

Patrick HELLE
3 janvier 2021
Voici le témoignage pour Garçon Magazine de notre cher Luc !

Voici le témoignage pour Garçon Magazine de notre cher Luc !

Il traite en premier lieu de l’appartement partagé de GreyPRIDE, mais pas que.Celles et ceux qui...

Luco LEDECROISSANT
29 décembre 2020
Le prochain salon virtuel GreyPRIDE!

Le prochain salon virtuel GreyPRIDE!

Thème :"Notre santé durant l'épidémie de COVID: les consultations par internet, nos suivis...

Patrick HELLE
16 décembre 2020