Grey PRIDE

Grey PRIDE

Le droit à bien vieillir

M. le Président, accordez le droit de bien vivre à nos grands aînés.

 

 

Je me nomme Jean Pierre Haber. Je suis délégué à la Commission consultative des mutations industrielles du Comité  économique et social européen, où je participe à la rédaction d’un avis portant sur la mutation économique, technologique et sociale des services avancés de santé à la personne âgée.

Je suis particulièrement sensibilisé à l’affaiblissement de nos grands aînés  depuis que ma maman est entrée dans un EHPAD.

Elle va bien après une période d’adaptation difficile. Je pense que vous serez sensible à son témoignage ci après :

« Si j’étais Président de la République, j’’accorderais le droit de bien vivre à nos grands aînés.

Je me prénomme Marguerite. J’ai 95 ans. Voilà deux ans, mon grand âge m’a contrainte à abandonner mon bel appartement de Caluire pour être placée dans une maison de retraite médicalisée antiboise.

Aujourd’hui, j’y suis relativement bien. Mon fils vient me rendre visite chaque jour. Mais je regrette que la Société n’ait pas anticipé mon glissement et d’avoir dû entrer du jour au lendemain dans une institution que je n’ai pas choisie et que je dois pourtant et paradoxalement essayer de payer chèrement. 

Là où je suis, j’ai rencontré beaucoup d’aînés dans mon cas, (plus ou moins valides) ,dont le devenir a été longtemps masqué par une Société qui n’a pas su relever le défi d’une vieillesse insuffisamment protégée matériellement et juridiquement.

Heureusement j’ai pu vendre mon appartement, ce qui n’est pas le cas de tant d’autres.

Si j’étais Président de la République, j’essayerais d’associer le vieillissement à une politique de logement flexible incluant toutes les formes alternatives d’hébergement.

Heureusement j’ai découvert une solidarité magnifique auprès des aides-soignants, des auxiliaires de vie, des infirmiers et de toutes les personnes en charge de nos aînés .

Si j’étais Président de la République j’essayerais de valoriser la considération financière et sociale de ces aidants en leur donnant aussi accès à une formation pragmatique, digitale et sociale tout au long de leur vie professionnelle difficile.

Si j’étais Président de la République , j’accorderais à nos grands aînés plus de considération en leur assurant un trajet de soins confortable et sécurisant, orchestré par un médecin ou une infirmière dans un environnement marqué par le partenariat et la coordination.

Monsieur le Président de la République, nous les grands aînés ,nous avons un rôle économique et social éminemment créateur d’emplois.

Réunissez nous, nos proches , nos aidants autour d’une table ronde avec l’État, les collectivités locales, les caisses de retraite, les assureurs et les fonds de pension pour garantir la pérennité de bons services aux grands aînés et recommander le juste prix des prestations. »

Pétition pour le droit à bien vieillir

 

vers la pétition



10/02/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 385 autres membres